• Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Le topic des hyperactifs
#1
Bonjour Big Grin

Vu que l'hyperactivité, comme la schizophrénie, est une maladie endormie, souvent révélée par la drogue, je crée ce topic ici, pour échanger nos conseils entre victimes de cette maladie.

Moi je dis, Solian 50 le soir, + dormir 5h par nuit avec réveil + café sur la table à 2m (pour se lever) à avaler au moment du réveil pour pas se rendormir (cette maladie s'appelle hyperactivité mais est hypoactivité et est causée par l'hypersomnie causée par des maladies dont on ne veut pas qui veulent nous endormir pour mieux nous parasiter).

C'est la seule solution de résister si on a pas de Ritaline, qu'ils refusent toujours de prescrire, comme la dexamphetamine (que je conseille pas, qui est une vraie drogue qui rend dépendant)
Avec la Ritaline on se réveille on se fatigue tellement de force dans la journée tellement notre métabolisme est rapide qu'on s'endort le soir facilement, pas de narcolepsie, et moins d'hypersomnie, c'est hélas trop fort et pas assez... ça pourrait tuer un adulte sur deux...

Salian 50 et pas 100 parce que problèmes de métabolisme:
La molécule principale est antipsychotique, le premier métabolite est antipsychotique et légèrement anti-hyperactivité (dopaminergique) et le troisième métabolite est anti-hyperactivité, seulement, si vous en prenez à hauteur de 100mg par jour ou plus, l'enzyme responsable de la métabolisation va être surchargée à bloc, et très peu de la molécule 1 sera transformée en 2, et aucune en 3, en fait, tout partira dans l'urine...

Voilà, si vous avez d'autres conseils, je suis preneur Smile

EDIT: Solian 50 au coucher, et non le matin, d'une part ça raccourcit la nuit, d'autre part la diskinésie tardive s'annule par le sommeil, et la diskinésie tardive c'est très dangereux, prendre des neuroleptiques à hautes doses et en journée de façon continue est grave, à ce stade, avec Solian 50 le soir, c'est à peine limite, et normalement faudrait faire des pauses de deux jours une fois par mois.
  Répondre
#2
On t’avais pas ban toi ?
A voir avec les autres si ce que tu dis et avéré . J’ai toujours cru que l’hyperactivite faisait partie du trouble de l’attention et je n’ai jamais entendu parler d’hypoactivité .
Tout fumeur rêve de disparaître dans ses nuages . -Tesson

Mes Trip reports :

Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31341.html
Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31426.html
DXM : http://www.psychonaut.fr/thread-31394.html
LSA : http://www.psychonaut.fr/thread-31804.html
Champis + Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31947.html
  Répondre
#3
La ritaline à doses curatives est loin de pouvoir tuer une personne sur 2.
C'est uniquement en cas d'abus qu'elle est dangereuse et encore c'est un stim réputé safe.

Revois ta pharmaco, la courbe dose réponse n'a jamais de pente négative ( ou alors y a des exceptions que je n'ai jamais pu voir), donc non on ne peut pas perdre de l'efficacité en augmentant la quantité de produit absorpé (excepté à cause de la mort du sujet). On utilise d'ailleurs l'amilsupride à des doses jusqu'à 300mg pour en augmenter l'effet.
Source

Arrête de diffuser de la mauvaise info, déjà précise que tu parles de tes habitudes, et en te lisant un schizophrène à qui ont a prescrit 100mg va vouloir prendre 50mg en croyant que c'est plus efficace, ce qui est absolument faux.

On est sur un forum qui fait attention à la santé des ses usagers (la RDR est notre préoccupation n°1), alors maintenant tu t'y fais où tu te barres.

Règles du forum a écrit :Nous vous remercions également de ne pas partager vos dosages personnels de consommation sans en indiquer les conséquences (il est évident que le communication des dosages dans le cas d'un trip report est tolérée). Nous vous recommandons au contraire de parler de dose légère/moyenne/forte car la tolérance et le ressenti est individuel, et écrire des messages ressemblants à "je me suis fait 400ug de LSD hier c'était trop cool" provoque une réaction typique du "pourquoi pas moi", et ce particulièrement sur les débutants n'ayant que peu de tolérance et d'habitude de gérer de telles doses.
Et c'est valide dans les 2 sens.

Dernier avertissement après c'est le ban.
[Image: qm94.png]
[Image: oobj.png]

Say No And Protest
Mes trips-reports:
[HBWR] Walker, et sa version en rap ici!
  Répondre
#4
De ma derniere experience a l'hosto, en france, ca devient comme aux US, on est basiquement diagnostiqué tout et n'importe quoi parce qu'on veut pas travailler 26h sur 24 quand on a des but a coté.
J'ai vu des diagnostiqué bipolaire qui au final etait juste dans une mauvaise passe et qui avait du mal a gerer leurs emotions (et quand tu entend ce qu'ils ont traversé franchement c'est compréhensible), et des vrai bipolaire a coté de ca. Ca me fais délirer parce que les premier pense la normalité (quand ils était "normal" dans la vie) comme une crise maniaque; juste a cause de l'indentification au diagnostique. A coté de ca, les vrai bipo, c'est dépense a gogo, drague intempestive, ect.
Une diagnostiqué bipolaire qui a mon avis n'y était pas, on lui filais un médoc différent a chacune de ses "phase" identifié (qui sont due a une anxiete et une souffrance réelle et pas forcement psychotique plus qu'autre chose), on lui avait meme filé de la ritaline parce qu'au final, tien, elle est peut etre hyperactive. La c'est sur qu'en la traitant comme ca elle finira vraiment bipolaire. Les test pour l'hyperactivité au final ca tient assez fort du mbti, avec sa dose de subjectivité et d'auto persuasion (on m'a montré un questionnaire serieux j'ai halluciné, arretez les. 40 question pour determiner votre probleme ! Serieux. J'espere qu'il y a quand meme des test réel, avec un test comme ca j'y suis aussi hyperactif). Serieux faut arreter toute cette merde.

Apres les psy sont utiles, ils garde au chaud les personnes pour lesquelles le temps, la société ne correspond pas. Ca a été mon cas aussi, le seul probleme que j'avais ct des probleme de but perso, ca ne les a pas empecher de me diagnostiquer sans me poser de question sur ce que je ressend aléatoirement bipo, schizo affectif, depressif, ect. Depressif c'est peut etre vrai remarque.

on devrait limite parler de modele psychiatrique de la société aujourd'hui

En fait le grand avantage des diagnostique psy, c'est qu'il confere a leurs utilisateurs (souvent des espece de pervers narcissique caché dont freud a été plus ou moins l'enabler si vous suivez, meme si j'aime bien freud) le pouvoir de classer les gens sans pour autant se classer soi meme (je suis pas malade moi lol). Foutez moi les type de perso de jung la dedans histoire qu'on rigole un peu moins.

edit : je suis pas encore assez fou pour pouvoir draguer, merde
edit : pour le début, en fait je pense qu'il faudrai sonder les but des gens avant de leurs attribuer une place dans la société. Un mec qui reve de prendre des vacances est un esclave par ex. C marrant parce que meme pour ces gens la, le point moral "n'accomplis pas les but des autres, prefere le tien ou tu sera maleureux" reste valide alors qu'au final il est déja quasiment offert par la société. Moi aussi je veux etre un dictateur
"The final delusion is the belief that one has lost all delusion."
-- Maurice Chapelain
[SIZE=1][SIZE=1][SIZE=1]
like your mother
[/SIZE][/SIZE][/SIZE]
  Répondre
#5
Il y sûrement du vrai dans ce que tu dis, mais en ce qui concerne la bipolarité je trouve chaud de faire ainsi une distinction entre les "vrais" bipolaires (= ceux dont ça se voit, et qui ont une hypomanie agressive on va dire) et les "faux" (tous ceux dont le cycle d'humeur est moins spectaculaire).
Les manuels de psychiatrie contemporains reconnaissent plusieurs types de bipolarité. On a raison de se méfier de ces ouvrages mais pour autant ce qu'ils disent n'est pas forcément à jeter à la poubelle. Une personne avec une dépression cyclique, par exemple, càd une dépression qui revient sans déclencheur, et qui le reste du temps a une énergie de ouf, se sent puissante, commence plein de projets, parle super fort et super vite, ça ressemble beaucoup à de la bipolarité, et c'est pas parce qu'elle ne va pas aux putes qu'on ne doit pas prendre en compte ce problème. Le sommet de la courbe peut être moins haut, ça ne nie pas qu'il y ait une courbe.
Ces cycles peuvent être plus ou moins longs, y'a des gens ça part en couille sur une semaine voire moins, d'autres ils vont rester deux ans dans le mal...
Alors toi tu peux bien dire "nan la bipolarité c'est uniquement le type 1 et le reste bah c'est juste des gens normaux avec des problèmes qui feraient mieux de régler ceux-ci", je pense pas que la tâche de définir une maladie mentale te revienne entièrement. Avoir ce diagnostic peut aider certaines personnes à comprendre pourquoi elles ont envie de se suicider tous les deux ans alors que concrètement ça va bien dans leur vie. Ça peut leur permettre de rationaliser ces phases, les en déculpabiliser, les pousser à demander une aide adaptée, et pourquoi pas l'obtenir. Et tu leur fait faire le chemin inverse quand tu leur expliques qu'ils ne sont pas des "vrais" parce qu'ils ne jouent pas au loto.
Une maladie mentale c'est pas une étiquette que te colle la nature, c'est un faisceau d'indices et de facteurs, un spectre sur lequel les gens se situent de façons qui peuvent être très différentes.
Quant à la corrélation [maladie mentale / problèmes dans la vie] que tu utilises pour nier la réalité des premières, je pense que tu inverses le processus : ça peut être la maladie qui fait foirer la vie d'une personne, souvent sans qu'elle comprenne elle-même ce qui déconne. C'est ouf le nombre de malade mentaux qui finissent à la rue parce que personne ne les a pris en charge. Et de toute façon, beaucoup de maladies sont révélés par un choc. On appelle ça la décompensation. Tu pensais être juste qqun d'un peu excentrique, et puis un jour t'es viré et là bam ton cerveau a plus la force de jouer le jeu de la normalité. Et tu pars en couilles. J'ai une voisine comme ça. Dans sa jeunesse elle était cheloue mais elle a voyagé et tout, et puis elle a été violée. Maintenant elle est sous tutelle et qqun vient tous les jours ranger son appart à sa place.
  Répondre
#6
Je connais les types de BP. La seule réponse possible a ce que j'ai dis c'est que c'est une question de perception et d'accord raison/consicence. Point.

Citation :Une maladie mentale c'est pas une étiquette que te colle la nature, c'est un faisceau d'indices et de facteurs, un spectre sur lequel les gens se situent de façons qui peuvent être très différentes.

Oui ca ce n'est pas faux. J'ai tendance a exagerer sur la premiere tendance parce que ce que je vois m'énerve.

Ce que tu dis pour la fin a mon avis c'est sujet a caution et on va juste en arriver a l'oeuf ou la poule. Le probleme c'est que souvent les psy ne savent au final pas grand chose sur l'histoire des gens avant de diagnostiquer, du moins ce que j'ai pu voir, ce qu'on a dit de ce que j'ai dit en séance par ex, mais aussi chez les autres. Tu sais au final souvent ce qui se passe c'est qu'il demande d'avouer en séance des choses qu'on ne dirait qu'a un amis ou un/e amoureus/e mais en meme temps, ils refusent catégoriquement cette relation a cause du coté professionnel. Enfin moi j'ai toujours senti ca : le probleme c'est qu'ils n'ont pas 1/4 des info qu'il souhaiterai sur la personne et pourtant font des interpretation qui vont assez loin. Si vraiment c'était comme ca, il faudrai faire plus progresser la science alors parce qu'on est loin de pouvoir déterminer les choses comme ca.
Personnellement je pense qu'il y a assez peut de fou, mais beaucoup de résultante de probleme sociaux/organisationnel. Je ne sais pas si tu connais la citation "Les trouble psy les plus chroniques ne sont peut etre que finalement des roles sociaux"
Regarde, un truc con, mais par exemple ajd macron propose une vie à la classe moyenne faite presque de plans quinquennaut : tu travaille 2 ans par ici, 3 ans par la. Ca ne favorise que certain comportement : il vont ou les autres ? Je sais qu'il ne fait que légiferer sur ce qui se passe, mais a sa facon. C'est presque une forme de projection de son comportement : moi je me suis toujours imaginé qu'en allemagne par ex les gens qui vont de taf en taf c'est justement le genre macron, pas spécialement habile a voir les choses sur la longueur mais bon gestionnaire, ect. Alors apres oui, on se retrouve avec des valeurs "d'adaptation", "ne pas etre un assisté"... Mais c'est toujours le meme délire : je ne pense pas qu'on soit si libre que ca de choisir ses valeurs en fait (Et puis pour le long terme pour la classe moyenne on va pas se mentir, c'est un peu du foutage de gueule). Je veux dire qu'il y a une part d'inné chez les gens qui est oublié et que du coup on retrouve des personnalité qui aurai pu etre saine a un moment actuellement dans les hopitaux psy.

Un autre exemple : j'ai vu une fille a l'hosto psy qui avait probablement un diagnostique de schizo, elle a pensé par le passé qu'elle avais des vers dans l'estomac, ensuite la elle est sortie de son propre chef de l'hosto parce qu'elle pensais qu'elle sentais des truc sur la tete ce que lui faisait dire qu'elle devait passer un scanner, et qu'elle n'étais pas malade du cerveau sinon les AP auraient marché. Dans le langage commun, on trouve qu'elle est folle, alors vu ses médoc on a trouvé qu'elle était schizo, sauf qu'au final ce ne serait pas qu'une forme d'hypochondrie avec non remise en question/non interprétation des phénomenes physique (c'est un point de vue que j'ai souvent entendu ca, il doit exister dans la population sans forcement tourner vers le pathologique). De fil en aiguille, si elle n'arrive pas a trouver une place pour elle que ce soit sociale enfin ou elle galere pas trop et qu'elle puisse former une confiance en elle, effectivement la prochaine étape c'est la schizophrénie (apres vu globale de la chose : "les schizophrenes ont des symptomes pseudo nevrotiques au début de la maladie"). Ce que je veux dire au final c'est pas forcement comme tu dis que c'est la maladie qui influence la vie/ou pas, juste qu'on pourrait peut etre se démerder pour "accepter" plus de gens parce que la ca peux potentiellement devenir proche d'une forme de nazisme sauf qu'on est sympa avec toi avant de te foutre dans un camp de concentration (ou te donner des antipsychotiques)

Edit : je ne nie pas que les trouble mentaux existe, ce que je dis cependant c'est que selon qui t'es tu pourra trouver quelqu'un d'objectivement fou selon la science de pas forcement fou selon ton jugement (la premiere remarque que j'ai fait) - et j'en suis tres conscient quand je parle de la "fausse bipolaire". A mon avis le probleme c'est qu'on voudrai une objectivité totale qui est impossible, et que du coup on fini par risquer d'aggraver la vie des gens dans certain cas. C'était "évité" a l'époque par la regle "choisissez le psy qui vous correspond" mais en poussant le bouchon on pourrait dire dans ce cas qu'il n'y aura plus de fou (si tant est qu'on est effectivement capable de choisir necessairement le bon) et de toute facon maintenant c'est tous au meme bercail avec un grand manitou qui reglera votre vie a coup de traitement différent. J'ai envie de dire, trouvez une drogue qui vous correspond, faites pas le con et ca aura le meme resultat si ce n'est pas meilleur. Bref c'est un gros merdier qui ressemble plus a la création d'un dieu, ca c'est la seul science humaine valable. Tachon de ne pas essayer de transformer tout le monde en dieu, ou alors au final on va finir par croire qu'on a la place d'un dieu ^^

Sinon au final tout ce qu'on fais en général c'est de valider l'existence d'une ou deux personne (certain entendrai type de personnalité) et mettre tout le reste a l'amende. Ce qui fait plus de monde dans les hopitaux.
"The final delusion is the belief that one has lost all delusion."
-- Maurice Chapelain
[SIZE=1][SIZE=1][SIZE=1]
like your mother
[/SIZE][/SIZE][/SIZE]
  Répondre
#7
(10/06/2018 21:22)snap2 a écrit : La ritaline à doses curatives est loin de pouvoir tuer une personne sur 2.
C'est uniquement en cas d'abus qu'elle est dangereuse et encore c'est un stim réputé safe.
Je peux répondre quand même (je suis plus sûr de ce que j'ai le droit le dire maintenant...) ?
->
Demande à un psychiatre, il te répondra que ça pourra tuer.
Un psychiatre m'as dit ça.
Moi j'en ressors à ce que je sais de mon côté que si on prescrit ça à un non-hyperactif c'est qu'on va le tuer.
C'est comme si tu donnais à un gars 80mg de speed par jour, un gars normal je dis bien -> il va mourir au bout de 2 trois mois, au mieux on pourrait le maintenir en vie 6 ans si on le bourrait de neuroleptiques en même temps.

Un gars normal qui se défonce occasionnellement aux amphétamines et n'y revient pas (en général quand on est normal on se défonce pas aux amphétamines), il aura pas de graves séquelles, un gars qui en prend tous les jours va provoquer une sorte d'hyperactivité si il arrête, mais c'est sur ce point que je veux m'arrêter: ce n'est pas vrai de dire que l'hyperactivité est causée par la drogue, elle peut être révélée par la drogue, (à mon avis), mais la drogue n'est pas la CAUSE ultime.
La cause ultime c'est ce qui fait l'hypersomnie, et en résultante par conséquence la narcolepsie quand on a trop dormi, c'est un manque de dopamine dans le cerveau dus à des raisons génétiques ou somatiques, qui provoquent l'hypersomnie.
L'amphétamine et les drogues en général aggravent et déclenchent l'hyperactivité au "stade 2", plus grave... non pas parce qu'elle habituent le corps aux drogues (c'est ça qui m'énerve), mais parce que le patient, à cause des drogues, a pris des habitudes, de se battre, contre ces maladies qui font chuter la dopamine.


Comment ressent les amphétamines un hyperactif ? en gros c'est comme un antidépresseur, ou si tu revenais à ton état normal
Sur une personne normale, ou quand j'étais plus jeune, je prenais 200mg de speed, j'étais mort, complètement défoncé (à ne pas faire)
Maintenant c'est une maladie pour moi, le speed ne me fait rien à part me rendre dans mon état normal.
Là où d'autres auraient toujours les mêmes effets, avec simplement une habituation, mais pas, comme moi, une tolérance énorme au produit.
Pendant que mes potes en teuf prennent 1 taz et une trace de ké et sont complètement zombies à 4h du mat quand ils boivent 1 verre d'alcool, moi j'ai pris 5 taz, 200mg de ké, j'ai bu une bouteille de vin, et je déprime dans ma bagnole tout seul parce que tous les autres sont complètement over-méga défoncés en mode parano.

Parce que j'ai pas les mêmes récepteurs que les autres, pas en même quantité, ou alors ils sont bloqués ou par d'une manière ou d'une autre, par des maladies et par l'habituation... ou mon taux de dopamine initial qui est bas...
Mais la seule chose importante à retenir c'est que c'est pas l'habituation qui fait que on peut à ce stade prendre jusqu'à 600mg d'amphétamine et en ressentir que l'effet de 120mg, c'est que c'est que c'est des maladies qui font ça. En gros ça perdure si on arrête, c'est pas lié à la prise de drogue... cette hyperactivité dont je parle... Elle est toujours là quand j'ai pas pris quoi que ce soit depuis des années, il m'en faut des doses énormes pour arriver à un stade de "normalité".
Le seul moyen de guérir ça c'est de prendre 100mg de Ritaline par jour, ce qui selon moi, oui, s'appelle une dose "énorme".
[/quote]

Citation :Revois ta pharmaco, la courbe dose réponse n'a jamais de pente négative ( ou alors y a des exceptions que je n'ai jamais pu voir), donc non on ne peut pas perdre de l'efficacité en augmentant la quantité de produit absorpé (excepté à cause de la mort du sujet). On utilise d'ailleurs l'amilsupride à des doses jusqu'à 300mg pour en augmenter l'effet.
Source

Arrête de diffuser de la mauvaise info, déjà précise que tu parles de tes habitudes, et en te lisant un schizophrène à qui ont a prescrit 100mg va vouloir prendre 50mg en croyant que c'est plus efficace, ce qui est absolument faux.
Où j'ai parlé de phénomène d'habituation ?
Et d'ailleurs, si ! ça existe... ce phénomène.

Citation :On est sur un forum qui fait attention à la santé des ses usagers (la RDR est notre préoccupation n°1), alors maintenant tu t'y fais où tu te barres.
Désolé, j'ai mal lu les règles concernant l'incitation, en revanche, là, je n'ai pas parlé d'incitation de quoi que ce soit, Solian 50 et Solian 100 c'est des doses très légères en psychiatrie ? incitation au Solian ? c'est un médicament ! (pas une drogue)

Règles du forum a écrit :Nous vous remercions également de ne pas partager vos dosages personnels de consommation sans en indiquer les conséquences (il est évident que le communication des dosages dans le cas d'un trip report est tolérée). Nous vous recommandons au contraire de parler de dose légère/moyenne/forte car la tolérance et le ressenti est individuel, et écrire des messages ressemblants à "je me suis fait 400ug de LSD hier c'était trop cool" provoque une réaction typique du "pourquoi pas moi", et ce particulièrement sur les débutants n'ayant que peu de tolérance et d'habitude de gérer de telles doses.
Et c'est valide dans les 2 sens.

Dernier avertissement après c'est le ban.
[/quote]

Après pour en revenir à l'hyperactivité, prendre 5 taz et 200mg de ké, et ça me fait pas grand chose, c'est pas une question d'habituation, pare que faire ça (5 taz) je le fais jamais d'habitude, sauf tous les 2-3 mois quand je vais en teuf, et je prends pas de drogue à côté, sauf le DXM, et le DXM justifie pas ça entièrement, ce qui justifie une telle tolérance c'est l'hyperactivité, le fait qu'à la base je sois complètement en déprivation de dopamine, la maladie.
Je me prends pas pour un super-héro à prendre 5 tazs, c'est l'hyperactivité expliquée c'est tout, à la base, j'ai pas les récepteurs pour ressentir la dopamine. En plus de tuer la dopamine, la maladie tue les récepteurs aussi.
  Répondre
#8
Tu es complètement a l'ouest HibouMéchant tout ce que tu raconte c'est du n'importe quoi. 10ième édition...
  Répondre
#9
Il essaye de comprendre qui il est en expliquant ce qu'il a comprit de lui d'après ses recherches, dans le fond on cherche tous à se connaitre en justifiant/expliquant ses actes avec les connaissances qu'on a acquises au fil de ses recherches...parfois on s'approche du vrai, parfois on se trompe...mais c'est sur que ce n'est pas évident (mais facile) de se diagnostiquer des manques génétiques avec quelques hypothèses psychologiques amenant à des certitudes (c'est là qu'on voit la teneur du doute derrière la puissance de l'auto-conviction pour contrer ses doutes, l'image floue qu'on a de sa personne). Ce que j'ai compris en me trompant souvent sur mon compte, c'est que la vérité est souvent plus complexe que ce qu'on en dit/croit, et le problème c'est de se convaincre comme ceci pour expliquer cela, sans même se rendre compte qu'il nous manque un paquet de données pour compléter l'équation de soi.
Le Plus Appelle Le Plus
The following 1 user Likes Laura Zerty's post:
  • R2d2
  Répondre
#10
Des théories oui j'avoue, mais certaines de ces théories sont aussi prouvées à propos de la dopamine (moins présente chez les hyperactifs).
Quant aux récepteurs j'avoue c'est pas prouvé, mais selon moi c'est évident, et c'est aussi mon ressenti.
  Répondre
#11
Le Solian est une drogue (substance qui modifie l'activité normale du cerveau). Et qui peut aussi endommager le cerveau. C'est pas en encourageant les gens à s'injecter du sable en IV sous prétexte que "c'est pas un drogue" qu'on va être plus gentils hein...

La LD50 de la méthylphenidate semble être au dessus de 250mg pour les humains selon Tripsit. Et oui une dose de 100mg tous les jours sur le long terme ça peut tuer, mais 3kg de laitue iceberg par minute ça tuera le sujet plus vite aussi.

Et non t'as pas parlé de "phénomène d'habituation" (tolérance), ça tombe bien parce que moi non-plus. Une courbe dose-réponse n'a rien à voir avec la tolérance au produit. La dose-réponse

Je ne parlais pas  d'incitation mais de désinformation, ce qui peut carrément être pire pout le lecteur qui croit tomber sur de l'info fiable alors que c'est du bullshit, ce qui peut entrainer de graves accidents. C'est pour ça que tes suppositions présentées comme des vérités sont dangereuses. Tu peux mettre un "disclaimer: ces informations sont subjectives et non-vérifiées" avant d'écrire tes posts à risques et ça serait beaucoup mieux.


Et btw la MDMA a un effet principalement sur la sérotonine et non la dopamine, mais oui certains récepteurs à sérotonine (5-ht1 & 2) des personnes ayant des problèmes psychiques sont également touchés (souvent une déshinibition et de la peine à se polariser).
[Image: qm94.png]
[Image: oobj.png]

Say No And Protest
Mes trips-reports:
[HBWR] Walker, et sa version en rap ici!
  Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  Topic de la pause qui n'arrive pas à s'imposer Laura Zerty 92 5,377 30/01/2018 14:30
Dernier message: FlyGuizou
  Topic de LA BLAGUE tartopom 222 23,953 28/04/2017 19:10
Dernier message: Dreamea
  Le topic de la descente Lotre 11 921 11/11/2014 19:51
Dernier message: FunkyDuck
  ACTIVITY STREAM [topic pour fainéants de passage] cliff_b@rnes 60 3,699 06/06/2014 11:10
Dernier message: Sludge
  Le topic de la révélation du jour 181 12,383 21/02/2014 20:02
Dernier message: Le-Père-Chè
  MEGA-THREAD BTC/DOGECOIN : le topic des monnaies crypto-deepwebelles CheesePizza 12 1,344 28/01/2014 23:51
Dernier message: CheesePizza
  Le topic des cliqueurs de cookies Stylo 2.0 15 1,155 28/11/2013 16:14
Dernier message: Delicious
  Le topic des expériences bizarres ! tetrobecks 14 881 11/10/2013 22:51
Dernier message: Thomas11
  Le topic de la bière Xon 165 13,080 08/09/2012 12:15
Dernier message: mjolk
  Le topic des blagues, aka "On en a buté pour moins que ça.." 64 7,472 14/02/2012 23:41
Dernier message: PinkieDeL

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)