• Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Keta Paëlla
#1
Bon, ce trip remonte à il y a deux mois, mais n'ayant qu'un TR à mon actif, je me suis dit que celui ci pouvait être pas mal à rédiger. En avant !

Aaaaaah ça y est, le fameux Vendredi est arrivé ! J'ai passé la semaine à bosser, ce soir je vais voir Dj Harvey, un mec complètement barré qui ose n'importe quoi dans ses sets (rock psychés, musique africaine, bossa nova et j'en passe...). Toute heureuse, je file chez une amie avec mon pochon tout neuf de kétamine, apparament très forte selon les dires de mes amis l'ayant déjà goûté. J'arrive chez elle, j'engloutis une paëlla (ERREUR), ne me laisse pas le temps de digérer (DOUBLE ERREUR) et propose déjà une trace de K à ceux présent. Tout le monde est partant, goûtons donc à cette fameuse k. Evidemment, je fais des traces tout à fait normal (plus grosse que petite, je l'avoue). Snnnniiiiiiffffff, Aaaaaaaaahh Smile Smile Smile !

3min plus tard : Ah euh ouais. D'accord. Je vois. Elle est sacrément forte bordel de dieu. La montée se fait progressivement mais rapidemment. Je prends sur moi pour ne pas laisser le produit prendre une trop forte emprise sur mon corps. Autant vous dire que je galérais vraiment. Je me force à parler, à (essayer) de suivre une conversation, mais mon attention n'arrive à se porter que sur une chose : les dizaines de sensations que je ressens.
Je m'explique :
Je ne sens plus toute la partie basse de mon visage (du nez au menton), comme si j'avais des fourmis. Je transpire pas mal mais pourtant j'ai froid. Ou plutôt je sais que mon corps a froid mais moi non. J'ai sorti une phrase très étrange que je n'ai d'ailleurs toujours pas réussi à expliquer à mes amis, comprendra qui pourra : "j'ai l'impression que la météo n'existe pas" (ouais.) Bref, je suis clouée sur un fauteuil, je ressens tout ce qu'il se passe dans mon estomac, pas très très agréable. Je maudis cette paëlla, je sens chaque grain de riz, chaque morceau de crevette et de poulet dans mon estomac, j'ai besoin de vomir mais impossible. J'essaye de me lever pour aller aux toilettes, mais c'est pire. Evidemment je ne tiens pas une seconde en équilibre (moi qui adore marcher/danser sous cette drogue) et j'ai l'impression que mon repas se met à chanter dans mon ventre. Ouais mais merde, faut quand même que j'aille pisser hein ! Une fois arrivée à bon port, et ben impossible de faire pipi, tellement je n'arrive pas à contrôler mes muscles... Après maintes effort, je réussis, contente de moi, je titube jusqu'au salon. Apparemment je serai restée 10min là bas. Ah. Le début de soirée se poursuit, et c'est bien simple, je n'arrive tout simplement pas à parler, comme si j'avais subi une anesthésie de la mâchoire : je parle comme une débile.
Une amie nous fait écouter le dernier son qu'elle a créé. J'entends juste une soupe de son (la bouffe est très présente dans ce trip quand même), les vocaux sont juste incompréhensible, et ça m'énerve parce que j'accorde une attention toute particulière à la musique que font mes amis. (Je l'ai réecouté complètement redescendu, et c'est vraiment un petit bijoux).
Je demande tant bien que mal l'heure, et incroyable, déjà 1h30 est passée, et j'en suis toujours au même point. Malheureusement pour moi, il est déjà l'heure de filer à notre soirée, il faut prendre le métro. La perspective de cette idée est inenvisageable pour moi. Je préfère rester une heure de plus à l'appart et rejoindre mes amis plus tard. Personne ne veut me laisser seule dans cet état, mais je réussi, avec une concentration extrême à leur dire que ça va, j'ai "juste besoin de digérer", je n'ai qu'une envie c'est d'être seule, de m'étaler sur le canapé et de redescendre à mon rythme. Ils partent mais me répètent de ne pas hésiter à appeler si ça ne va pas.
C'est le bordel dans mon corps et dans ma tête mais je reste tout de même consciente que j'ai pris de la keta, que mon voyage n'est surement pas tout à fait terminé mais quand dans 1h, la réalité reviendra peu à peu. Je m'efforce de mettre de la musique pour un garder un pied sur terre (tu parles). S'ensuit un magnifique voyage. Allongée sur le canapé, mes yeux se ferment, et je voyage dans mon cerveau. Je serpente, vais de "pièce en pièce". D'abord un endroit bleu parsemé de clou, les images, les couleurs sont étrangement nettes, contrairement à lorsque j'ai les yeux ouverts, où je voyais 5 yeux sur le visage de mes amis. Je traverse cet endroit, arrive dans un nouveau lieu, ocre et remplis de points d'interrogations qui éclatent. Je continue mon chemin , chaque pièce avec une couleur et une forme spécifique. C'est intense, absolument pas oppressant et beau. Je ne comprends pas grand chose à tout ces paysages, mais apprécie le voyage. Je sens que je souris. La musique se termine,j'ouvre les yeux, et posé devant moi, Miri, le chat de mon amie. Il me regarde avec attention, comme si il se devait de veiller sur moi. Je reprends petit à petit pieds dans le monde "normal", mais toujours cette paëlla atroce dans mon estomac. Pour être complètement bien, il faut que je vomisse, mais impossible. J'essaye de me faire vomir, je fume clope sur clope pour m'écoeurer, je mets ma tête au dessus de la poubelle, mon nez dans le frigo... rien. Alors je marche dans tout l'appartement, et ça commence à aller mieux. Le chat n'arrête pas de me suivre, je parle, il me répond (en miaulant hein, faut quand même pas exagérer).

Mon téléphone sonne, mes amis s'inquiètent, je leur dis que tout va bien, Miri a veillé sur moi, je suis sur le point de partir. Et je pars, toujours un peu ballonnée, me disant qu'il ne faut jamais sous estimer un produit, même un auquel on est habitué, mais aussi contente de ce trip. Morale de l'histoire :
la paëlla, c'est pas une bonne idée avant la kéta.

Merci les psychos de m'avoir lu, des poutoux pour tout le monde.
  Répondre
#2
Je n'oserais jamais manger une paëlla avant de tracer de la ké. :p

Avec un nouvel échantillon, toujours y aller mollo ! Merci d'avoir partagé ton TR, j'ai eu le ventre ballonné rien qu'à le lire. Big Grin
  Répondre
#3
Ouaille elle devait être bien violente ta Kéta si une trace t'as éclaté pendant plus de deux heures !

Au final tu étais comment à la soirée, ça allait mieux ?

Ps : quand tu veux te faire vomir, faut y mettre les doigts, et pas qu'un peu des fois ---> faut savoir souffrir pour être bien des fois arf :mrgreen:
Le Plus Appelle Le Plus
  Répondre
#4
Ahaha, même en me mettant la main dans le gosier rien ne sortait
je peux te dire que j'ai jamais goûté une ké aussi puissante. Et oui, quelques heures plus tard c'était comme si rien ne s'était passé, j'étais en super forme (c'est assez batard d'ailleurs parce que tu oublies vite la petite mésaventure qui s'est passée héhé) !
  Répondre
#5
Ouai c'est cool pour ça les dissos Big Grin
Le Plus Appelle Le Plus
  Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  La Kéta IV : je comprends mieux pourquoi il faut une administration lente Percheman 7 481 12/08/2017 19:21
Dernier message: Percheman
  Kéta TGV il a pas voulu m'en donner Bichoune 5 1,102 06/02/2017 07:59
Dernier message: Sludge
  1ère fois à la kéta ! Moz09 30 6,263 22/11/2015 00:31
Dernier message: Pardon
  [Kéta] Schtroumpfette in the Wonder Hole schtroumpfette 40 11,200 28/01/2012 20:32
Dernier message: ToTo
  KETA I.V. -Gre- 6 3,092 28/01/2012 17:51
Dernier message: benzos
  Planète Kéta : Métropole Alien Organique & unité des âmes AbSINth 14 2,575 07/12/2011 16:31
Dernier message: GuyGeorge
  [Kéta] K-hole : un truc de FOU AbSINth 26 20,306 16/06/2010 20:10
Dernier message: Williamsïï
  Première teuf, premier sniff, premier k-hole (beuh+MD+Kéta) 0 363 Il y a moins de 1 minute
Dernier message:

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)