• Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Amour
J'aime bien la marijanne mais surtout, je nous aime tous très, très très fort et je nous souhaite que le mieux du monde !:weed:
Tout fumeur rêve de disparaître dans ses nuages . -Tesson

Mes Trip reports :

Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31341.html
Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31426.html
DXM : http://www.psychonaut.fr/thread-31394.html
LSA : http://www.psychonaut.fr/thread-31804.html
Champis + Cannabis : http://www.psychonaut.fr/thread-31947.html
  Répondre





@Delicious  merci à toi de m'avoir permi de découvrir "Nujabes-Feather"  Excellent [Image: icon_wink.gif]
  Répondre
J’aime qu’on puisse être avec quelqu’un comme deux enfants l’un avec l’autre et pétris de bienveillance. Pouvoir révéler ce que l’on est librement sans avoir peur de sa réaction. Remercier Dieu de voir ainsi révélé à soi un autre.

J’ai peur de voir les autres se cacher, porter un masque et vous faire angoisser de tous ces non-dits jusqu’à ce que vous en portiez un vous-même.
J’ai peur d’un monde froid où chacun est seul parmi les autres.

Je vibre d’un amour pour le monde qui me fait rêver que chacun ait l’opportunité de le ressentir aussi et d’être lui-même et le monde entier à la fois.
Mes trips reports : The Death of Utopia, The Begining of the Dream

Le lâcher prise, c'est accepter de redevenir un enfant.
----------------------------
Ce qui importe avec l’expérience psychédélique, ou plus généralement spirituelle, ce n’est pas la vérité que l’on croit toucher du doigt, mais bien le chemin qu’elle nous fait parcourir sur notre rapport au soi, aux autres et à la vie.
The following 2 users Like Sludge's post:
  • R2d2, Simba
  Répondre
1,2,3.

L amour est la valeur refuge une fois qu on a plus rien d autre. Le dernier truc a quoi on se ratrappe. Le dernier recoin du reve par lequel vient la lumiere. La question du suicide, et si il sera possible chez vous ou pas, peut etre resolu en un seul truc : etes vous capable d aimer, ou pas. En cela, le suicide est tabou chez tout chretien qui se respecte. La valeurs la plus basse psychologiquement mais celle qui a le plus d importance dans le monde. Une fois qu on en arrive a l amour, on tente de tout reconstruire a partir de la.

Est ce que jesus christ etait capable d amour ? En avait il trop a revendre ou pas du tout ? Son amour n etait il pas au mieux qu une sorte de confusion ? Jesus christ est il le bon jesus christ ? Moi jsuis sur qu il y en a plein des jesus christ, mais il ne le disent pas. Peut etre sont ils deborde d amour ? L amour, c est Shiva pour moi. Tellement subi lors des rupture qu elle a ete oblige de manger plein de glaces pour compenser. Tellement envie de nourir les siens qu elle mange pour qu on la mange.

Craquage termine
"The final delusion is the belief that one has lost all delusion."
-- Maurice Chapelain
[SIZE=1][SIZE=1][SIZE=1]
like your mother
[/SIZE][/SIZE][/SIZE]
  Répondre
Petite réflexion sur l'amour cet aprem' :

L'amour est un concept humain définissant un agrégat de pulsions, de passions et de désirs se traduisant inconsciemment en un subtil mélange absolu, grisant et extatique d'émotions et de sensations, qui construisent consciemment un état sentimental dit amoureux.

En distinguant deux types d'amour opposés, égotique et altruiste :

L'amour égotique est cet état passionné dans lequel l'individu apprécie en l'autre ce qu'il y reconnait de plaisant en lui, dans l'illusion narcissique d'un manque évident d'altérité.
L'amour altruiste est cet état attentionné dans lequel l'individu reconnait l'autre en l'acceptant tel qu'il est, et non tel qu'il le voudrait, sans chercher à le posséder dans l'illusion de son propre désir égoïste et égocentrique.
Dans l'amour altruiste l'individu en passe par l'altérité et ainsi dépasse son illusion narcissique d'être unique, alors que dans l'amour égotique, au plus profond de lui l'individu ne désire pas tant aimer ou être aimé, mais secrètement être choisit ou préféré.
Le Plus Appelle Le Plus
  Répondre
Si seulement l'amour n'était pas un moralisme manichéen.

Il pourrait aussi n'être qu'un concept futil, comme dieu, un support à l'ignorance. Une preuve que l'homme pose des mots generiques sur des globalités intuitives plus grande que lui, plus vaste. Trop vaste peut être pour être aprehendé autrement que par une fascination illusoire. J'aime, JE m'aime, NOUS aimons...Y'a t'il une réelle différence ?
L'amour absolu englobe tout, l'ego, l'altérité, le monde...
Mais nous sommes contraints à l'humilité au sein même de l'absolu, par nos limites biologiques et psychologiques. Il y a une limite à l'empathie, à la compassion, à l'amour. Il y à même une limite à la foi. Nous ne pouvons pas être l'individu ET le collectif. Glorifier l'identité et egalement vouloir se dissoudre dans une communion spirituelle à l'echelle de l'humanité. Est ce déjà possible de fusionner en une personne sans se perdre soi même...

Cet état de grande sentimentalité finit par induire une confusion perpétuelle. Elle entretien des mythes infondés, comme celui de croire que l'amour peut résister à l'instinct (l'amour familial, ou le voile masquant un instinct. Perdre la voix d'une mère ou d'un frère est un choc physique d'une violence définitive. Contrairement au deuil amoureux marqué par le divorce ou la rupture (on aime et on quitte, connexion spirituelle raté, l'échec de l'humanisme. Quand on ne peut réussir avec une personne à maintenir un niveau d'altruisme et d'abnégation nécessaire au fonctionnement d'un couple, comment faire quand il s'agit du monde).
L'amour nourri aussi certains fantasmes, celui de l'immortalité. Dieu nous aime. A nous les gloires évanescentes du paradis.

Au final l'amour c'est de l'espoir abstrait, à l’échelle des esprits étroits que la cruauté de l'instinct effraie et que la profondeur intellectuelle fait reculer. Comme je recule moi même quand on me parle de foi qui déplace des montagnes, ou d'amour désintéressé. Une vieille odeur de culpabilité, rouillée comme une armure de morale. L'athée est un nihiliste, le non amoureux est un misanthrope ou un puceau éternel. Il faut aimer, déborder d'amour, tendre la joue à celui qui te bat, te flageller si ton niveau d'empathie n'est pas assez haut. Acueuillir toutes les idées avec la même bienveillance. La bienveillance, un mot très usité de nos jour, à consonance pieuse et pure. Il faut veiller sur le sein de l'humanité, être son protecteur. Être un ange protecteur dénué d'instincts et de rationalité. Simplement porter le bien et la lumière. En vérité je vomis sur les bienveillants d'aujourd'hui, qui sont les croisés d'hier et les gourous 2.0 de demain. Du pire égoïsme qui soit, celui qui se cache derrière la morale judéo-chrétienne pour faire briller ses auteurs en société. Pour leur faire reluire une aura de petit jesus en céramique de névroses et d'ambitions ratées.
End
The following 1 user Likes Mr Sandman's post:
  • Laura Zerty
  Répondre
L'amour ne peut pas résister à l'instinct ? Comment ça ?

Moi j'en suis bien plus primairement à me demander d'où ça vient. Qu'est-ce que c'est. Pourquoi telle personne m'attire et pas une autre ? Pourquoi est-ce que quand nous parlons tout semble s'emboîter, faire sens ? Pourquoi ce besoin d'échange intellectuel, tactile et sentimental ? Est-ce seulement une question de phéromones / désir sexuel / réussite sociale comme bien des désenchantés voudraient nous faire croire ? Mais alors, pourquoi une personne que je trouvais laide et insignifiante, parce que nous avons longtemps parlé et que je l'ai découverte intelligence, et ci, et ça, maintenant je la trouve belle et j'ai envie d'elle ?
Qu'est-ce que c'est ?
Pourquoi ?
Pourquoi la nature nous a-t-elle faits de sorte qu'un être puisse devenir le centre de notre monde, puis son sens ? Pourquoi et comment souffrons-nous dans notre chair lorsque la personne qu'on aime s'éloigne de nous ? Pourquoi est-ce que cela remet tout notre univers en question ? Elle a quoi de plus que les autres, cette personne ?
  Répondre
(13/06/2018 21:59)Tridimensionnel a écrit : L'amour ne peut pas résister à l'instinct ? Comment ça ?

Les gens s'imaginent que leurs désirs individuels les sauveront du plan biologique de l'amour. Par plan biologique je sous entend une hiérarchie de l'amour. Dans un bateau qui prend feu, je sauve la vie de ma mère ou de mon frère avant celle de mon hypothétique amoureux/se.
C'est un exemple extrême mais que je trouve sous des strates différentes, comme le fait de croire que l'amour peut enrayer la morbidité, alors que le romantisme est l'image même de l'instinct de mort.

(13/06/2018 21:59)Tridimensionnel a écrit : Elle a quoi de plus que les autres, cette personne ?

A mon avis c'est un jeu de miroir. Souvent on trouve des similitudes effrayantes chez les conjoints (qu'ils n'ont pas l'air de remarquer d'ailleurs) et chez les parents des conjoints. C'est fou de voir à quel points les traits physiques des parents et de l'enfant se mêlent souvent à ceux du conjoint de la personne.

Ca c'est UNE remarque empirique (que je serais infoutu de prouver).

Sinon bah tu as juste pleins de critères conscients et inconscients que la personne remplit.

(13/06/2018 21:59)Tridimensionnel a écrit : Mais alors, pourquoi une personne que je trouvais laide et insignifiante, parce que nous avons longtemps parlé et que je l'ai découverte intelligence, et ci, et ça, maintenant je la trouve belle et j'ai envie d'elle ? 

Ça veut dire que tu est sapiophile. Attiré par l'intelligence. Ce qui est un trait propre des êtres plus intelligent que la moyenne. Quand tu intellectualise tu t'éloigne du superficiel, donc de la beauté apparente, et vu que tu as l'habitude de l'abstraction intellectuelle, tu trouve belles et désirables des idées et des concepts (voir de l'humour) que tu projette sur la personne pour finir par la trouver attirante. Ce qui est logique, car tu ne peux pas diviser l'identité d'une personne de ses idées lors des premières rencontres. A moins d'être extrêmement froide et rationnelle, voir sociopathe (ou simplement parano...haaa tout le monde me ment tout le temps !!!).

En tout cas cela marche pour moi. Et ça explique que je tombe facilement amoureux des musiciennes, même dont les critères de beautés ne sont pas les miens, car je place la musique en perfection intellectuelle absolue. La musique est egalement ce qui se rapproche le plus d'un sentiment amoureux en terme de sensations.
End
  Répondre
(13/06/2018 21:59)Tridimensionnel a écrit : L'amour ne peut pas résister à l'instinct ? Comment ça ?

Moi j'en suis bien plus primairement à me demander d'où ça vient. Qu'est-ce que c'est. Pourquoi telle personne m'attire et pas une autre ? Pourquoi est-ce que quand nous parlons tout semble s'emboîter, faire sens ? Pourquoi ce besoin d'échange intellectuel, tactile et sentimental ? Est-ce seulement une question de phéromones / désir sexuel / réussite sociale comme bien des désenchantés voudraient nous faire croire ? Mais alors, pourquoi une personne que je trouvais laide et insignifiante, parce que nous avons longtemps parlé et que je l'ai découverte intelligence, et ci, et ça, maintenant je la trouve belle et j'ai envie d'elle ?
Qu'est-ce que c'est ?
Pourquoi ?
Pourquoi la nature nous a-t-elle faits de sorte qu'un être puisse devenir le centre de notre monde, puis son sens ? Pourquoi et comment souffrons-nous dans notre chair lorsque la personne qu'on aime s'éloigne de nous ? Pourquoi est-ce que cela remet tout notre univers en question ? Elle a quoi de plus que les autres, cette personne ?

J'ai grosso modo les mêmes questions que toi, en plus d'une qui me perturbe un peu, je n'arrive pas a aimer quelqu'un qui ne me parait pas intelligent, exceptionnel, avec quelque chose en plus que les autres (autre que son physique,même si dans le fond, j'y prête quand même attention malgré moi).
Du coup ça me donne parfois l'impression d'être un connard "élitiste". Et ce malgré mes idéaux :/ 

En tout cas si y'a bien un drogue qui me donne un craving de malade, c'est cette sensation d'un amour naissant. Un peu comme si c'était une des rare choses qui me fait me sentir vraiment vivant ^^
  Répondre
(13/06/2018 22:42)Cookies a écrit : J'ai grosso modo les mêmes questions que toi, en plus d'une qui me perturbe un peu, je n'arrive pas a aimer quelqu'un qui ne me parait pas intelligent, exceptionnel, avec quelque chose en plus que les autres (autre que son physique,même si dans le fond, j'y prête quand même attention malgré moi).
Du coup ça me donne parfois l'impression d'être un connard "élitiste". Et ce malgré mes idéaux :/

Tu prends pas le problème à l'envers là ? C'est peut être justement parce que tu es amoureux que tu trouves ce petit truc exceptionnel chez la personne, le genre de truc que t'es le seul à trouver incroyable là où les autres en ont strictement rien à foutre. Un peu comme quand tout le monde s'accorde pour dire qu'une fille n'est pas très belle mais que son copain la trouve vraiment magnifique.
Et ça me parait important d'être exigeant et "élitiste" quand il s'agit d'amour, quand je vois le nombre de gens qui cherchent juste "une copine/ un mec" histoire de pas être seul et d'avoir un peu d'attention c'est plutôt triste, y'a pas de honte à préférer chercher la perle rare Big Grin

De toute manière l'amour ça te nique la tête et change totalement ta vision des choses, on a beau philosopher dessus depuis des millénaire ça nous rend tous à moitié débile quand ça nous tombe dessus et on kiff ça, y'a rien à faire.
  Répondre
(13/06/2018 23:20)Trickster a écrit : De toute manière l'amour ça te nique la tête et change totalement ta vision des choses, on a beau philosopher dessus depuis des millénaire ça nous rend tous à moitié débile quand ça nous tombe dessus et on kiff ça, y'a rien à faire.

Ouais c'est ce que je pense. L'amour rend superficiel des pensées plus profondes. Enfin pas l'amour en tant que tel, mais plutôt la vision parfaite de l'amour qu'on essaye de nous imposer à travers un idéal moral ou romantique.

Pourrais t'on rationaliser l'amour sans qu'il perde sa vertue intuitive et purement émotionnelle ?

Parce que la le besoin intellectuel, c'est de savoir d'ou l'amour provient et pourquoi, donc si on s'attache seulement à accepter l'amour de plein fouet, comme quelque chose d'intouchable, on ne peut pas répondre à cette question.

Hors je crois qu'il y a un réel besoin de vérité concernant le concept de l'amour, ou même de démystification. Histoire de ne pas tomber toujours de haut quand on s’aperçoit que l'idéal romantique n'est pas à la hauteur des attentes.

J'ai souvent vu des gens tomber très bas. En matière de dépression, de vide existentiel ou d'addiction, j'ai des choses à dire. En matière de rupture amoureuse, je ne sais jamais trop comment rendre la souffrance palpable, réelle. Elle me parait toujours être le fruit d'une désinformation massive. On attend des gens qu'ils soient conformes aux visions de la société, pourtant la réalité me parait plus intangible, plus faussée par ces même illusions qu'elle ne devrait l'être. La culture artistique française, des poètes romantiques maudits au peintres surréalistes, nous dépeint un amour inatteignable, douloureux, victimaire presque, une sorte d'idéal chrétien de souffrance pour accéder à l'extase. La société et l'éducation quand à elles nous font miroiter quelque chose de presque obligatoire pour prétendre au statut d'être humain. Si tu n'aime pas tu es incapable d'empathie et donc de t'intégrer dans la société, d'être utile.

Je pense que philosopher sur l'amour serait au contraire utile. Au moins pour ne pas perdre de temps et d'énergie à chasser une chimère impossible. Pour se concentrer sur quelque chose de plus organique. De plus naturel que l'angoisse d'être abandonné, trompé, ou que sais-je.
End
  Répondre
(13/06/2018 23:20)Trickster a écrit : Tu prends pas le problème à l'envers là ? C'est peut être justement parce que tu es amoureux que tu trouves ce petit truc exceptionnel chez la personne, le genre de truc que t'es le seul à trouver incroyable là où les autres en ont strictement rien à foutre. Un peu comme quand tout le monde s'accorde pour dire qu'une fille n'est pas très belle mais que son copain la trouve vraiment magnifique.

Peut être ^^. Mais à ce moment la ça veut aussi dire que je suis amoureux de la majorité de mes amis (les vrais, ce qu'on à pas beaucoup). Mais ça je me pause la question depuis un certain moment à ce sujet Smile Surtout que je considère que suis toujours amoureux de mes exs, mais juste d'une façon différente d'avant. 

 
Citation :Pourrais t'on rationaliser l'amour sans qu'il perde sa vertue intuitive et purement émotionnelle ?

Clairement ! J'ai l'impression de vivre des relations amoureuses plus saines depuis que je les questionne de façon plus objectives que dans mes années plus jeune (ou je vivais juste mes émotions à 100%)

C'est assez glauque, mais il me semble difficile de détacher l'amour de la société et de sa propre image. Beaucoup voient la fin d'une relation comme un échec majeur dans leur existence. Et en finissent très torturés. 
J'ai du mal a partagé cette vision des choses perso, pour moi une séparation c'est juste une transition vers un autre type de relation, mais bon, quand t'as pas envie ça fait chier :p 
Ce qui du coup me donne pas mal de mal a comprendre comment font les gens pour ne plus avoir de lien avec une personne qu'ils ont aimé ? Genre elle disparait de leur vie et pouf y'a plus rien... Est ce vraiment de l'amour qu'ils ont éprouvé pendant leur relation ? Ou c'est moi qui sais juste pas "arrêter" d'aimer quelqu'un, mais ça me parait un peu absurde de ne plus aimer une personne.
  Répondre
Quand la personne disparait et qu'il n'y a plus rien, c'est que l'amour n'est plus là, ou n'a pas été.

Ce qui n'empêche pas de croire qu'on a été amoureux, comme le souligne Sandman.

La société prône tellement un idéal amoureux parfait et absolu qu'on en vient à confondre ses désirs nous poussant vers l'autre, d'avec l'Amour conceptuel qui n'existe que si l'on y croit, et d'avec l'amour véritable qui est là partout autour de soi. En gros si y avait autant d'amour qu'on le dit, y aurait pas autant de guerres, de divorces, et de mépris ici bas.

Pour Nietzsche, "dire "je t’aime" à quelqu’un c’est dire qu’il y a en moi un désir dont je pense que tu pourras le satisfaire". En extrapolant on peut penser que dire "je t'aime" revient à dire "je te veux", parce que j'ai vu en toi quelque chose qui me plait en moi.

Une autre approche serait de penser que dire "je t'aime" revient à dire : "ça aime via moi quelque chose en toi qui n’existe pas". Tout n'est que projection et identification, sauf quand on éprouve l'instant présent dans le pur plaisir d'exister avec l'autre, et non en l'autre, après avoir été attiré vers lui par son propre désir égoïste. Alors on peut dire qu'on aime, ou qu'on a aimé...mais c'était momentané, et non pas infini et absolu comme on le conceptualise (bien que l'amour soit là partout autour de nous, comme l'angoisse, la joie, la tristesse, la question est alors comment y accéder, et peut-on y accéder sincèrement, sans intérêt ?).

En sachant que plus on y pense, moins on aime en s'éloignant de l'émotion qui porte son sentiment amoureux, pour s'approcher d'une idée immatérielle et non factuelle, comme ça a déjà été dit aussi.

Après penser à l'amour ça peut éviter de faire des bêtises, de répéter les mêmes bêtises, et de se mentir comme lorsqu'on est enfant ou adolescent en croyant à des objets idéaux qui nous passionnent sans pour autant que l'on soit vraiment amoureux, à part de sa propre passion Smile

Spinoza avait raison en disant que "le désir est l'essence de l'homme", c'est cette volonté qui l'anime en soi et fait persévérer dans son être, mais là n'est pas l'amour...en tout cas je le cherche encore pour ma part.






Le plus étonnant dans tout ça, c'est qu'il arrive que moins on aime, plus on est aimé...étrange mécanique du "je t'aime moi non plus"...
Le Plus Appelle Le Plus
The following 1 user Likes Laura Zerty's post:
  • amicale_du_pc
  Répondre
Woh woh c'est fini de polluer le topic avec toute votre sériosité sérieuse là ? <3 Ramenez moi les hippies et les bouffeurs de md qu'on s'entrelèche les tétons dans la joie et la boue bordel
The following 1 user Likes Couac's post:
  • Laura Zerty
  Répondre
*se déshabille et se lèche les lèvres*
  Répondre
L amour est une énergie, loin de tous les poncifs que la société nous en donne, même si on en est forcément un peu imprégnés.

J aurais tendance à separer Amour et attirance, intellectuelle la plupart du temps. D expérience, rien ne donne autant de plaisir et d érotisme que les affinités intellectuelles, au delà de tous clichés physiques. Même si les deux se croisent parfois, c est très rare en fait. Et si j aime mes amis (les vraiment rares et proches) , je suis loin d'avoir aime chacun de mes partenaires. Trop souvent l amour est réduit au désir, peut être par justification inconsciente, par souhait de rompre une solitude, que sais je ?

Si l amour est polymorphe : amour pour la nature, les animaux, les personnes de passages et celles qui restent; alors l amour qui mêle le désir physique n en est qu une facette.
  Répondre
(14/06/2018 20:53)R2d2 a écrit :  Trop souvent l amour est réduit au désir, peut être par justification inconsciente, par souhait de rompre une solitude, que sais je ?

Tout est là...
Le Plus Appelle Le Plus
  Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  Amour propre & orgueil, d'après-vous, est-ce la même ? Hofmann_Power 19 3,395 09/04/2009 20:46
Dernier message: Calibrae
  8.6 bavaria,mon amour ma raison d'être! laveritablebelette 36 7,115 29/10/2008 19:12
Dernier message: laveritablebelette

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)